BAY DE A à Z

INDEX  A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

 

Please reload

 "A"

 COMME AUTOMOBILE 

La plupart n'auront aucune conséquence sur la poursuite en tant que telle, souvent focalisée uniquement sur deux véhicules, la dizaine de véhicules entre les deux automobiles stars étant uniquement destinées à être détruite pour montrer la progression du héros.

 

Même lorsque Goodspeed prendra un chemin de traverse, il n’y aura aucune vision spatiale de la séquence, puisqu'il n’y a de toute façon pas le temps de se poser de questions. Toutes les actions se succèdent, non pas pour décrire comment se passe l'action, mais comment elle doit être ressentie.

Si en terme de gestion de l'espace, il est indéniable que Michael Bay a énormément progressé au fil des années, c'est aussi parce qu’il a de plus en plus travaillé autour de séquences construites pour son filmage. La poursuite en centre-ville avec ses villes parsemées de ruelles va laisser place à l'autoroute, droite, mais ultra rapide comme lieu privilégié (Bad Boys II, The Island, Transformers, Dark Of The Moon et Age of extinction). La partie spectaculaire va être amplifiée, avec non seulement des collisions de voitures, mais aussi de plus en plus d'objets entrant dans le cadre et venant dérégler la ligne droite, comme des pylônes, un yacht ou un mur de carcasses de voitures. La séquence de The Island, dans lequel les personnages à l'arrière d'un camion déchargent son contenu pour exploser l'ensemble des voitures les poursuivant est probablement le dispositif le plus ludique à ce jour du cinéma de Bay, qui lui permet de mettre en exergue ses qualités chorégraphiques dans des enjeux tout autant dynamiques que narratifs. La séquence est aussi témoin de l'évolution du filmage du Californien : il s'autorise, la ligne droite aidant, des plans plus longs où l'ensemble des éléments coexistent :

"A" COMME AUTOMOBILE

 

Cela passe par son art du montage très rapide qui va faire sa réputation, mais aussi par sa façon d'envisager l'action. Dans la poursuite de The Rock, il n’y a jamais anticipation de l'obstacle ou de suspense jouant sur l'organisation spatiale des embûches. Même l'habituelle clocharde avec son caddie débarque à peine le temps d'un plan d'une demi-seconde pour qu'on la contourne. Le focus est mis sur les collisions uniquement quand elles sont inéluctables et qu'elles ont leur plan dédié qui va définir la chorégraphie. Il y a tellement d'explosions que l'on ne peut même plus parler de plans sfx, tant tout semble placé sous le signe du spectaculaire.

"La poursuite en centre-ville va laisser place à l'autoroute, droite mais ultra rapide comme lieu privilégié."