BAY DE A à Z

INDEX A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

 

"G"

 COMME GAIN 

"G" COMME GAIN

Michael Bay en chiffre, c'est à ce jour plus de 5 milliards au B.O mondial. Cependant, on peut malgré tout constater que Bay a subi deux baisses de régimes au court de sa carrière. Contre (presque) toute attente, Bad Boys 2 n’a raflé que 138 millions de dollars au B.O US pour un budget de 130 millions. En France, le film cumule presque 2 millions d’entrées (1 845 027). Son deuxième semi-échec, The Island, qui ne récupère seulement que 35 millions de dollars au B.O US. Considéré par beaucoup comme étant l’œuvre la plus « juste » du cinéaste avec Rock, il est toujours étonnant de voir que cette première collaboration avec Spielberg l’ait tenu sévèrement écarté des chiffres habituellement stratosphériques qu’il a côtoyés depuis. Les scores de The Island à l’étranger lui permettent de limiter la casse en élevant le total des recettes à 163 millions. En France, le cinéaste reste toujours apprécié, tout comme Bad boys 2, le film dépasse assez largement les 1 millions d’entrées (1 552 325).

 

Mais Michael Bay ça n’est pas seulement une question de chiffres, mais aussi de prix. La réalisation de spots publicitaires pour des marques prestigieuse comme Nike, Budweiser où Coca-Cola lui a valu d’être l’un des plus jeunes réalisateurs à avoir obtenu la quasi-totalité de trophées et récompenses décernés par l’industrie de la publicité. Sa campagne « The Best Beer » a remporté le Lion d’Or au Festival du film publicitaire de Cannes (réputé pour être la plus grande compétition mondiale dans ce domaine). Sa fameuse campagne pour « Got Milk » a été qualifiée de "Meilleure campagne publicitaire de l’année" par le Museum of Modern Art de New York.

En 1995, il est nommé réalisateur de l’année par la Directors Guild of America.

 

Certaines œuvres de Michael Bay se sont aussi vues obtenir quelques récompenses même si jusqu’ici ses films ont plus souvent été nommés que décernés et ce, bien souvent dans des catégories qui récompense la technique (montage, son, effets visuels...). Pearl habor est le seul film du réalisateur à avoir raflé un oscar pour celui du meilleur montage sonore (Christopher Boyes & George Watters). Transformers 3 quand à lui, obtient un Annie Award dans la catégorie « Meilleurs Effets Animés dans un Film en Prises de Vues Réelles »

 

Pour le cinéaste, c’est aussi une histoire de Razzie. En 2010, la cérémonie lui décerne le prix de pire réalisateur pour Transformers 2. Quant au film malgré des chiffres record qui ont fait de lui le plus gros carton de sa filmographie (avant l’arrivée de Transformers 4), il rafle le prix du Pire film et du Pire scénario.

 

Michael Bay est le 2ème  réalisateur le plus rentable de tous les temps. Avec ses 5.73 milliards de dollars de recettes dans le monde, il est le 3ème cinéaste avec le meilleur box-office de l’histoire juste devant Peter Jackson (5.56 milliards). Il reste cependant toujours derrière Spielberg (9.54 milliards) ainsi que Cameron (6.20 milliards).

 Box-office  ajusté

 Budget  ajusté