BAY DE A à Z

INDEX A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

 

"W"

 COMME WOOSAH 

"W" COMME WOOSAH

"(...)sa tendance à l'outrance amène à une sorte de crise de nerfs généralisée que tout le monde doit compenser."

Cela pourrait être un gag mais pas seulement.

 

Car en effet la séquence est une séquence typique du style Bay qui pourrait être une conclusion à ce dossier. On peut notamment y retrouver : le dynamisme chorégraphique du montage, les individualités qui s'affrontent, l'humour du réalisateur, les images mentales passant par des explosions (ici des flash lumineux, vu que ce sont des showmen), l'hystérie des comédiens...

Mais plus encore, cette séquence illustre clairement les limites de Bad Boys II et du cinéma de Bay : sa tendance à l'outrance amène à une sorte de crise de nerfs généralisée que tout le monde doit compenser.

"Woosah", cet espèce de slogan ridiculisé est cet appel au calme que se lancent à eux même tous les personnages du film ou presque. Si le monde du réalisateur est hystérique, c'est parce que tout le monde est enfermé dans sa bulle ou cherche à l'être et qu'aucune ne s'accorde. Ce n'est pas tant le lâcher prise dont on parle ici que ce qui nous empêche d'y accéder, comme dans le final de Pain & Gain.

Le cinéma de Michael Bay est épuisant, mais est peuplé de figures qui ne supportent pas plus l'épuisement que certains des critiques parlant de leur expérience de spectateurs lorsqu'ils se retrouvent devant les films du cinéaste.