THE BURNE SUPREMACY

GRIMSBY

MoviescloseUp

Tandis que dans nos vertes contrées franchouillardes fleurissent les soi-disant « comédies » dont on se demande encore qui elles peuvent bien faire rire, l’arrivée en salle (pas pour bien longtemps, dépêchez-vous) d’un truc aussi énorme que GRIMSBY a quelque chose de profondément salutaire. Il suffisait de voir la bande-annonce, projetée avant le film, de RETOUR CHEZ MA MERE (par le réalisateur de BARBECUE, si si) et son pauvre jeu de mot autour de la marque Picard étiré sur 5 minutes pour s’en persuader : l’apport de la comédie anglo-saxonne n’a jamais été aussi précieux.

 

GRIMSBY : AGENT TROP SPECIAL est le cadeau de Sasha Baron Cohen aux amateurs d’humour régressif, une sorte d’enfant dégénéré issu de l’accouplement improbable entre KINGSMAN et ACE VENTURA EN AFRIQUE qui repousse toutes les limites en matière de bon goût et de bienséance. Mené à un train d’enfer par un Louis Leterrier qui a l’air de s’éclater autant que nous (il faut dire que le sympathique réalisateur français est un fan hardcore de Cohen), le film suit les retrouvailles entre un authentique espion (Mark Strong, qui s’auto-parodie et se vautre dans la gaudriole avec bonheur) et son frère (Cohen), gros hooligan bourré à la bière du matin au soir, père d’une tripotée de délinquants précoces et accessoirement éperdument amoureux d’une jeune femme aussi enveloppée que vulgaire (Rebel Wilson dans son rôle habituel).

La suite est aussi prévisible dans son principe qu’inracontable dans son déroulement, tant les scénaristes poussent le bouchon toujours plus loin, tout le temps, mettant en place des gags tellement en dessous de la ceinture qu’il serait criminel de les révéler. Tout au plus pourra-t-on indiquer qu’il est question, pèle-mêle, d’orphelin séropositif, de vagin d’éléphant, de meurtres gratuits, de suçage de boules, j’en passe et des meilleures, tout ça sur une comédie d’action dont le rythme ne faiblit jamais pendant 80 minutes : fusillade en mode FPS, gag, coup de latte de Scott Adkins dans la tronche, re-gag, etc. Le plus incroyable dans cette histoire, c’est que des comédiens renommés tels que Mark Strong ou Penelope Cruz aient pu signer pour un projet aussi barré après lecture du scénario, tant il était évident qu’un objet si irresponsable et transgressif allait être accueilli plus que fraîchement par les hordes de critiques adeptes du politiquement correct (le film s’étant depuis copieusement viandé en salles).

 

Raison de plus, mes braves, pour soutenir cet objet filmique non identifié en faisant chauffer vos cartes illimitées.

 

On compte sur vous !

 

Par S.Convert

UN FILM DE LOUIS LETERRIER
Avec : Sacha Baron Cohen, Mark Strong, Isla Fisher...
Durée : 1h23
Nationalité : Américaine