Seul sur Mars

Par Harry Gregson-Williams

 

Ancien élève de Hans Zimmer, Harry Gregson Williams a depuis enchaîné les compositions à un rythme soutenu, pour un résultat souvent inégal. Sans pour autant être un mauvais compositeur loin de là (en témoigne par exemple ses magnifiques travaux sur Man on Fire et Kingdom of Heaven), il a cependant toujours eu du mal à imposer ses albums comme des classiques instantanés. Seul Sur Mars (The Martian) parvient heureusement à montrer que le compositeur britannique peut offrir un travail de qualité, même si une fois encore l’ensemble demeure quelque peu bancal.

Jonglant habilement avec les arrangements électroniques et l’orchestre qui ont toujours été sa marque de fabrique, Williams livre une composition parfois fade, voir sans grand intérêt, mais parfois aussi magnifique.

 

Ainsi, la première partie du disque se révèle être une succession de motifs peu marquants donnant vie à des pistes oubliables la minute d’après. Mais à mesure que l’album (et le film) avance, les ambitions se font plus grandes et de très beaux moments surgissent alors ("Crossing Mars", "I Got Him", "See you in a Few" en tête), accompagnés par de rares chœurs habilement utilisés. Couplés au piano et aux instruments à cordes (ah, les fameux violoncelles chers à Williams...), ces passages tirent nettement le score vers le haut. Plus tard Williams ira même jusqu’à faire intervenir les synthés pour des courts passages rappelant Blade Runner de ce même Ridley Scott ( guettez "I Got Him" à partir de 2:37).

 

Une fois de plus, l'OST d'Harry-Gregson Williams reste inégale. Et si Seul sur Mars n'aura pas été le projet qui finira par hisser le compositeur des Metal Gear Solid vers les cimes des pionniers, celle-ci n’en reste pas moins recommandable car ponctuée de quelques élans de grâce malgré tout.

 

Par A.Portier

Album disponible chez Columbia Records