A.Portier
Rédacteur

 TAK3N

UN FILM DE OLIVIER MEGATON
Avec : Liam Neeson, Framke Janssen, Maggie Grace...
Durée : 1h52
Nationalité : Américaine

DÉCEPTIONS 2015

Taken 3 de Olivier Megaton

Après un Taken 2 absolument infâme de bêtise (cette scène de repérage à base de lancer de grenade en plein Istanbul, mon dieu), Olivier Megaton récidive et livre un objet filmique en tout point fascinant. Le film d’action des années 2000 avec toutes ses tares trouve un nouveau représentant : scénario indigeste et complètement incohérent (une enquête à base de tatouage qui ne servira à rien, un père qui donne la gastro à sa fille pour qu’elle trouve une excuse pour aller aux toilette, résolution à base de donuts, twist moisi qu’on devine une heure à l'avance…), et mise en scène catastrophique sont les deux ingrédients principaux de ce film qui demande des yeux bioniques pour suivre l’action sous peine de perdre la vue. Les notions de découpages et montages sont apparemment inconnues à Megaton, qui est incapable de filmer une scène correctement dès que l’action s’emballe.

 

Et le pire c’est qu’il trouve ça bien. Franchement, respect.

 JUPITER

 ASCENDING

UN FILM DE LANA & ANDY WACHOWSKY
Avec : Channing Tatum, Mila Kunis, Sean Beean...
Durée : 2h07
Nationalité : Américaine

DÉCEPTIONS 2015

Jupiter Ascending de Lana & Andy Wachowsky

Pas complètement nul, le film des Wachoswki n’en reste pas moins décevant compte tenu de leur précédente filmographie. Si la direction artistique alterne entre le splendide et le mauvais goût, c’est surtout le scénario qui se révèle décevant sur pas mal de point, avec de nombreuses baisses de rythme et des trous scénaristiques assez honteux (le personnage de Sean Bean qui passe des gentils aux méchants aux gentils en trois scènes). Si la musique de Michael Giacchino est fabuleuse (pas surprenant vu le talent du bonhomme), l’ensemble peine à avoir un véritable souffle épique la faute à une écriture trop faible qui culmine dans un climax assez plat.

 

Et venant d’un gros fan des précédents films des Wachoswki, ça fait mal d’écrire ça.

INHERENT

VICE

UN FILM DE PAUL T.ANDERSON
Avec : Joaquin Phoenix, Katherine Waterson, Josh Brolin...
Durée : 2h29
Nationalité : Américaine

DÉCEPTIONS 2015

Inherent Vice de Paul Thomas Anderson

Paul Thomas Anderson, loin d’être un mauvais cinéaste, fait une sortie de route avec Inherent Vice. Trop nébuleux, bien trop long, le film bénéficie d’une intrigue policière prétexte qui n’est malheureusement pas entourée de personnages suffisamment attachants pour maintenir l’intérêt. Si le discours sur le mouvement hippie et son déclin sont un plus indéniable à l’histoire, l’ensemble reste trop froid et superficiel pour convaincre pleinement (voir cette scène de fesser en plan séquence interminable). Au final ce qui en ressort c’est un peu comme si tout le monde était dans un trip, et qu’on était le seul à ne pas avoir pris de drogues.

 

La seule chose restante : l’ennuie.

DÉCEPTIONS 2015

TERMINATOR GENISYS

UN FILM DE ALAN TAYLOR
Avec : Arnold Schwarzenegger, Jay Courtney, Jason Clarke ...
Durée : 2h07
Nationalité : Américaine

Terminator Genisys de Alan Taylor

La campagne marketing annonçait la couleur, et pourtant on se disait tous « et si c’était bien ? Après tout James Cameron a dit que c’était super et qu’on allait adorer ». Pas de bol, Terminator Genysis est un ratage atomique qui démontre la capacité qu’a Hollywood à saboter ses franchises. Humour pas drôle et hors sujet (le gag du sourire repris trois fois, la séquence Bad Boys), scène d’action fades et sans impact, acteurs à la ramasse (pauvre J.K Simmons qui devait payer ses factures), scénario qui pille la saga originelle en apportant des incohérences, CGI parfois honteux….la liste est longue, mais est consultable sur cette page.

 

Le film, lui, est juste à oublier.

LES

FANT4STIQUES

DÉCEPTIONS 2015

UN FILM DE JOSH TRANK
Avec : Miles Teller, Kate Mara, Michael B. Jordan...
Durée : 1h41
Nationalité : Américaine

Les 4 fantastiques de Josh Trank 

Film saboté par les studios, les Quatre Fantastiques est un cas d’école limite passionnant qui contient de bonnes choses vite submergées par un amas de médiocrité assez consternant. Cependant, et au vu de ce qu’il reste en l’état, on se demande bien à quoi pourrait ressembler la « bonne version » des Quatre Fantastiques. Car passée la longue introduction de quarante cinq minutes (rien que ça) le film sombre de plus en plus, abîmé par des ellipses honteuses (qui cachent un remontage à la va-vite ?), des personnages oubliés en cours de route, une direction artistique proche du néant (un hangar et une crique en CGI pendant une heure, vive l’aventure et le dépaysement !) et une pauvre et unique scène d’action aussi molle que les membres de Red Richards.

 

Un ratage complet.

HITMAN

AGENT 47

DÉCEPTIONS 2015

UN FILM DE ALEKSANDER BACH
Avec : Rupert Friend, Zachary Quinto, Hannah Ware...
Durée : 1h48
Nationalité : Américaine, Allemande

Hitman Agent 47 de Aleksander Bach

Il y a des jours, comme ça, on est déviant. On se dit « ha ouais ça a l’air bien pourri ». Et puis un jour, on se dit « allez, ça peut être drôle ». Hitman fait partie de cette catégorie. Déjà bien égratignée par un premier chef d’œuvre, la franchise vidéo-ludique se fait achever par ce nanar ultime, qui de temps en temps se plaît à balancer des coups de coudes aux fans histoire qu’ils soient pas laissés sur le bord de la route. Mais les plus gros clin d’œil aux jeux ne changeront pas le scénario hilarant, bordel sans nom qui prend les plus mauvais éléments des jeux pour en faire un gloubiglouba indescriptible. Il faut voir Zaquary Quinto revenir en T-1000 via un twist complètement à la rue pour se rendre compte de l’ampleur des dégâts. Et une fois de plus l’agent 47 a le droit à un superbe sidekick (quelle belle idée). Le pire est probablement les scènes d’action, très nombreuses, festivals de CGI foireux qui feraient passer ceux du premier Mortal Kombat pour du Cameron. Quand la moindre voiture qui fait un demi tour est en CGI sous Windows 95, il y a un problème.

 

Pitié, stoppez le massacre et laissez la franchise sur console en paix messieurs les producteurs.

THE

GREEN INFERNO

DÉCEPTIONS 2015

UN FILM DE ELI ROTH
Avec : Lorenza Izzo, Ariel Levy, Daryl Sabara...
Durée : 1h43
Nationalité : Américaine, Chilienne

The Green Inferno de Eli Roth

Sombre année pour Eli Roth. Alors que son Knock Knock a fortement divisé, Green Inferno débarque peu de temps après. Et c’est pas la joie. Roth n’a jamais été un grand réalisateur, mais il savait prendre à revers les attentes du spectateur de façon roublarde et bien plus intelligente qu’il n’y paraît avec ses deux Hostel. Une fois encore, il y a bien un message derrière l’horreur, ce qui empêche The Green Inferno de couler dans les abysses de la médiocrité, mais le tout est amené de façon tellement maladroite qu’on a du mal à accrocher à l’histoire de ces jeunes venus pour la bonne cause. Le pire étant que passé une première exécution très gore, le reste du film se révèle très gentillement radin de ce point de vue là, n’apportant rien de bien nouveau à l’édifice des tripailles au cinéma. Reste quelques ruptures de ton bien senties dont le réalisateur a le secret, mais c’est bien peu par rapport à l’attente qu’avait suscité le film. En résulte un long métrage parfois très cheap, pas très drôle ni gore, et pas très intéressant.

 

Une belle déception.