Le trophée du film devant lequel on s'est endormi :

Déjà pas fan de Ben Weathley à la base, c’est avec une certaine curiosité que votre serviteur s’est lancé dans l’aventure HIGH RISE, casting et pitch sympas oblige. Bien mal m’en a pris : le film m’a fait l’effet d’un véritable somnifère, et la fatigue de la journée a eu raison de moi. Il a donc fallu deux tentatives avant de terminer HIGH RISE, film chiant comme la pluie dans son déroulement. Le fameux clash entre les classes sociales est très mal amené, et le manque de péripéties fait l’effet d’un lexomile passé la première heure. Très recommandable si vous avez du mal à dormir le soir.

Le trophée de l’arnaque de l’année :

Un grand bravo aux gars du marketing de Warner qui ont su vendre un film de super-anti-héros fun, un film de groupe équilibré doublé d’un hommage à NEW YORK 1997 qui semblait revigorer le genre. Le résultat est totalement différent : le film est schizophrène, semble constamment hésiter entre deux tons, l’utilisation de la musique est aléatoire (les vingt premières minutes sont un jukebox insupportable), les scènes d’action sont sans saveurs, le montage précipité, l’histoire remplie de trous, et surtout la caractérisation de ces méchants pas badass du tout est complètement diluée dans des justifications et traumas ridicules (untel veut rentrer à la maison pour apprendre les maths à sa fille, untel a perdu sa famille, mon dieu…). Ajoutez à ça des scènes avec Batman qui ne servent à rien si ce n’est recoller les morceaux avec l’univers DC fraichement entamé, et vous avez le pire film de super-héros de l’année haut la main. FURY était une très bonne surprise de la part de Ayer, mais c’est à son lamentable SABOTAGE qu’on pense régulièrement en regardant SUICIDE SQUAD.

SUICID SQUAD

UN FILM DE DAVID AYER
Avec : Margot Robbie, Will Smith, Jared Leto...
Durée : 2h03
Nationalité : Américaine

Le trophée du remake le plus nul - SOS FANTOMES de Paul Feig  & POINT BREAK de Ericson Core :

Il y avait le choix cette année, et c’est finalement un ex-æquo qui domine le podium. Tout d’abord le film de Paul Feig : jamais drôle, embarrassant, rempli d’improvisations qui ne marchent jamais, écrit n’importe comment… Cet espèce de sketch du SNL de deux heures (deux heures bon sang !) est un ratage complet. A sauver : Chris Hemsworth en idiot complet  qui se fait plaisir. Dans un autre genre, POINT BREAK est une autre atrocité qui mérite son bide. Casting atrocement fade, photographie à vomir (du vert, partout, tout le temps), écriture aux fraises (faire de Utha un pro des sports extrêmes dès le début, bravo messieurs les scénaristes)… le film de Ericsson Core a fait un joli flop mérité au box office.

 

On se doute bien que les studios vont continuer sur cette lancé de remakes inutiles malgré tout, mais s’il vous plait : STOP !

Le trophée du film pour lequel y’a pas de mots :

Il y a des films pour lesquels il n’y a pas de mots. Le générique de fin tombe, et on reste figé, abasourdis par ce qu’on vient de voir. Le film de Jean-Marie Poiré entre dans cette catégorie. 1h50 d’abrutissement total et de scènes pas drôles, le tout constamment monté de façon hystérique quelle qu'en soit la scène. Les passages embarrassants s’enchainent, le « scénario » transforme chaque personnage secondaire en personnage principal, et le tout se termine quinze minutes avant la fin, avant de repartir avec de nouveaux enjeux, un nouveau contexte et de nouveau personnages. C’est l’incompréhension qui domine pendant tout le film tant l’ensemble catalyse le pire de la comédie française. Une expérience, une vraie, dont on ne ressort pas indemne.

UN FILM DE JEAN-MARIE POIRÉ
Avec : Christian Clavier, Jean Reno, Franck Dubosc...
Durée : 1h50
Nationalité : Française

LES VISITEURS : la révolution

Le trophée du film qui hante après projection :

Ça faisait un moment que la Corée se faisait discrète avec des films souvent pas à la hauteur. La cuvée 2016 semble remettre les pendules à l’heure avec ce nouveau long métrage du réalisateur de THE CHASER. Enquête policière, film de zombie, exorcisme, lutte entre le bien et le mal… Naa Hong-Jin brouille les pistes pour mieux amener son incroyable dénouement d’un nihilisme qui fait froid dans le dos. On en ressort lessivé, effrayé par ce qu’on vient de vivre à travers cette dernière scène. Un film qu’on conseille de voir sans trop en savoir tant il est bon de se laisser balader et de se le prendre en pleine tronche.

THE STRANGERS

UN FILM DE NA HONG-JIN
Avec : Kwak Do-Won, Hwang Jeong-min, Chun Woo-hee...
Durée : 2h36
Nationalité : Sud-Coréen
Please reload

A.Portier
Rédacteur

HIGH RISE

UN FILM DE BEN WHEATLEY
Avec : Tom Hiddleston, Sienna Miller, Luke Evans...
Durée : 1h59
Nationalité : Britannique